Paroisse Protestante de Quaregnon

Histoire

1) La Fraternité Protestante du Borinage

Dès son arrivée à Quaregnon, le 21 juin 1903, le pasteur Ernest Leuba, doté d'un esprit social et d'une énergie entreprenante, entre en lutte contre la misère qui, à cette époque, règne partout au Borinage.

En 1903, il crée pour les stations de Jemappes et de Quaregnon une caisse de secours mutuels dénommée La Fraternité Protestante du Borinage, reconnue par l'Etat le 9 août 1904; à cette époque, elle compte 75 membres adhérents et le souhait du pasteur Leuba est de pouvoir faire participer à cette oeuvre les autres paroisses du Borinage. 


2) Les Amis des Malades du Borinage (A.M.B.)

C'est le 15 janvier 1911 que cette A.S.B.L. est mise sur pied par Monsieur Louis Samuël Pidoux, pasteur à Boussu-Bois aidé de Mademoiselle Agassiz, infirmière Suisse et sous la responsabilité de l'Eglise Chrétienne Missionnaire Belge.

Le but de cette association est de soigner n'importe quel malade sans se soucier de ses opinions religieuses ou politiques.

En 1912, durant le ministère du pasteur Ernest Leuba, un dispensaire est ouvert à Quaregnon et deux infirmières y prodiguent gratuitement leurs soins (celui-ci fonctionne grâce aux dons des malades et de l'A.M.B.)  Pour un salaire dérisoire ces gardes-malades se dévouent hiver comme été, par n'importe quel temps et à n'importe quelle heure pour effectuer, à pied ou à vélo, leur tournée de visites et de soins aux malades.

Le journal "La Province" de Mons, citant l'A.M.B. écrit le 7 décembre 1912: "La deuxième assemblée annuelle a eu lieu le 1er décembre à 5h30 du soir, dans le temple de Frameries, rempli par un très nombreux auditoire.  Madame A. Gautier, de Jemappes, présidente du comité, présente un beau rapport sur l'activité des deux gardes-malades.  En 1912, plus de 2500 visites ont été faites chez des protestants, des catholiques et des libres-penseurs car cette oeuvre a été créée dans le but de faire du bien aux malades quels qu'ils soient. Partout où les deux gardes ont donné leurs soins, elles ont été appréciées et aimées.  A plusieurs reprises des docteurs les ont demandées pour des opérations nécessitant un aide expérimenté.  Le rapport de la présidente s'est terminé par une belle description du travail d'une garde-malade pendant une journée ...  Puisse l'oeuvre des Amis des Malades du Borinage, très modeste encore, progresser dans des proportions analogues.   M.P."


En 1913, un rapport du pasteur Ernest Leuba, se termine par ces mots ".... et puis nous avons nos gardes-malades dont le ministère rayonne d'un éclat toujours plus vif et si bienfaisant.  Nous sommes des privilégiés."

En 1922, le pasteur Oswald Michotte, écrit : "Le 18 décembre a eu lieu l'assemblée générale des Amis des Malades du Borinage, grâce à nos infirmières qui pénètrent dans tous les milieux et dispensent avec un égal désintéressement leurs soins et leurs conseils, nous avons conquis l'estime et l'approbation de tous".  La veille de la réunion, le journal socialiste de la région écrivait les lignes suivantes : "Il est inutile de rappeler le bienfait de l'association des Amis des Malades du Borinage qui par le moyen de ses infirmières, a soulagé bien des maux au sein de la classe ouvrière et partout où les services des gardes-malades ont été réclamés.  L'admiration, les marques de reconnaissance souvent exprimées par nos autorités communales et la population prouvent assez la sympathie qu'a rencontrée cette heureuse initiative digne d'être encouragée et développée."

Le 26 mai 1950, à la fondation de l'A.S.B.L. l'Entraide Protestante, tous les dispensaires de la région en deviennent l'une des sections.


3)    L'Entente Protestante - Société Coopérative

Quelques années avant la guerre 1914-1918, le pasteur Ernest Leuba prête son concours à la Coopérative socialiste qui, à cette époque, vivait des heures difficiles.  Devant la réussite de ce pasteur, les protestants de la région souhaitent avoir leur propre coopérative.  L'idée suit son chemin et les statuts sont arrêtés le 29 juillet 1919.  La société prend le nom de L'Entente Protestante - Société Coopérative.

Les statuts sont enregistrés à Mons le 6 septembre 1919, déposés au Greffe le 9 septembre 1919 et paraissent au Moniteur Belge le 18 septembre 1919 sous le N°7766.

Les signataires sont :

Président :  David Jean Blume, pasteur à Dour.

Secrétaire : Eugène Julien Brandligt, pasteur à Pâturages.

Trésorier :  Hermann Baulers, pasteur à Hornu.

Membres : Jean Dufrasnes, chef porion à Wasmes; François Godart, maçon à Quaregnon; Léon Brihay, mineur à Jemappes; Oscar Godart, mineur à Boussu; Ernest Gosset, conducteur de travaux à Quaregnon; Emile Gobert, menuisier à Wasmes.


La Coopérative est créée et des succursales sont établies dans les diverses communes de la région.   Malheureusement la dispersion de ses membres rend compliquée la livraison des marchandises, celle-ci s'avère onéreuse et bien à regret, quelque temps plus tard, il faut dissoudre cette organisation.


4) L'Entraide Protestante

Le 9 mars 1950, les Amis des Malades du Borinage et l'Oeuvre des Gardes-Malades de La Bouverie, fusionnent et créent un comité provisoire présidé par Pierre Favre, pasteur à Jemappes.  Le but de cette association est de rassembler des dons en vue de la création d'un home pour personnes âgées.  Ce comité avait des vues sur une propriété sise à Eugies, mais la lenteur du propriétaire fit échouer le projet.

Quelques mois plus tard, le 26 mai 1950, l'A.S.B.L. l'Entraide Protestante est fondée et reprend ce projet.  Philippe Vernier, pasteur à Quaregnon, devient le premier président du Conseil d'Administration.  Grâce à un don de plus de 600.000 francs émanant des deux oeuvres précitées et à un prêt de 400.000 francs, la nouvelle A.S.B.L. achète chez le notaire Wuilquot d'Elouges, le 19 juillet 1950, les bâtiments de l'actuel home Bon Accueil qui était à l'époque un couvent désaffecté et en partie incendié, d'abord propriété des soeurs françaises de l'ordre de sainte Thérèse (maison-mère à Avesnes), propriété abandonnée lors de l'évacuation de 1940 et devenue centre de colonies pour enfants (Home Prince Baudouin).

L'achat se monte à 873.747,25 francs, frais compris.


En janvier 1951, les quatre dispensaires de l'oeuvre Les Amis des Malades du Borinage, Frameries avec deux infirmières, Wasmes avec deux infirmières, Quaregnon avec une infirmière, Elouges avec une infirmière et le dispensaire de l'oeuvre des Gardes-Malades de La Bouverie créent la Commission des Dispensaires qui devient une section de l'Entraide Protestante.  Toutes les infirmières sont Suisses à l'exception d'une Hollandaise. Cette Commission était présidée par Paul Caufriez, pasteur à La Bouverie.

A partir de ces années 50, la vie du dispensaire de Quaregnon est liée à celle de l'Entraide Protestante.  En parcourant les archives, nous pouvons relever les faits suivants : de 1951 à 1972 le nombre d'infirmières du dispensaire de Quaregnon varie de un à trois.  Le 4 mars 1961, le Centre social de Quaregnon entre dans l'Entraide Protestante.  D'avril 1965 à avril 1966, le dispensaire est fermé par manque de personnel (difficulté de recrutement d'infirmières ayant le charisme souhaité et par suite de l'augmentation du nombre d'infirmières belges indépendantes).  Ce fut à nouveau le cas entre les années 1968 et 1969.

Le 26 mai 1966, l'assemblée générale de l'Entraide Protestante décide l'achat d'un immeuble appartenant aux Charbonnages du Rieu du Coeur, sis rue Jean Jaurès, 88 à Quaregnon (pour le prix de 400.000 francs) et qui regroupera le dispensaire, le Centre social comprenant un vestiaire et un local pour S.O.S.- P.G. (oeuvre sociale organisée par des anciens prisonniers de guerre), le garage de l'Entraide et le Bureau Central.

En 1971, le Conseil d'Administration de l'Entraide se pose la question du maintien du dispensaire et du centre social, 15.374 soins y avaient pourtant été donnés.

En 1972, la question se repose mais la décision est inéluctable; la Gestion Administrative est transférée au Siège Social à Elouges, le garage est fermé. Après 61 années de bons services, le dispensaire de Quaregnon ferme ses portes en novembre 1972 et les deux infirmières achèvent leur contrat d'emploi au Home Bienvenue à Blaugies (deuxième maison de repos ouverte par l'Entraide Protestante en 1952).  

Le vestiaire continuera jusqu'à la vente de l'immeuble pour la somme de 2.000.000 de francs le 16 mars 1975 chez le notaire Misonne de Quaregnon.

Impact social de la communauté

Diaconesses suisses - 1939

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK