Paroisse Protestante de Quaregnon

Histoire

A partir des sources historiques dont nous disposons, nous pouvons affirmer que la présence protestante au Borinage remonte aux premiers temps de la Réforme.

Malgré les persécutions qui sévirent dans la région, le protestantisme subsista.

Nous pouvons poser quelques repères chronologiques :

-    dès 1548 existait à Mons une communauté réformée.  N'oublions pas que cette région nous donna un réformateur célèbre : Guy de Brès.

-    en 1565, les Annales de l'abbaye de Saint-Ghislain mentionnent : "Les hérétiques commencent à se multiplier au village de Dour".

-    en 1566 avaient lieu des prêches publics dans le bois de Baudour, à Ghlin, à Spiennes, à Quaregnon, à Warquignies.

Dans une lettre adressée au pape et datée de 1711, Fénelon signale que de nombreuses personnes se rendaient "chaque dimanche dans les villes et aux camps pour entendre les discours des hérétiques".  L'allusion "aux camps" fait sans doute référence à l'Eglise de la Garnison de la Barrière de Tournai où le culte réformé était célébré et qui joua un rôle important dans la subsistance du protestantisme au Borinage.

En effet, c'est grâce à elle que les familles boraines pouvaient avoir accès à toute une littérature religieuse.  Les protestants dourois avaient l'habitude d'aller au culte à Tournai pour partager la Cène lors des grandes fêtes.

Une tradition locale raconte qu'ils s'y rendaient chaussés de sabots et munis d'une seconde paire pour le retour.

La présence des protestants (appelés Bibliens) à Quaregnon est attestée par un document de justice de 1727.  On en signale également à Pâturages à la même époque.  Ils étaient désignés par le nom de "confesseurs de la Bible", se réunissaient clandestinement et pratiquaient le culte familial.  Ce culte comportait la lecture de la Bible, la prière communautaire et le chant des Psaumes.  Il n'existait encore aucune organisation ecclésiastique.


L'Edit de Tolérance de Joseph II permit aux protestants de se rassembler pour leur culte dans les maisons particulières.

C'est en 1788 que commencèrent à Dour des pourparlers avec les autorités pour la construction d'un temple, projet qui rencontra de nombreux obstacles.  La même année, cette communauté obtint les services d'un pasteur itinérant : Jean de Visme, de Quiévy en Cambraisis, qui desservit la paroisse et la région jusqu'en 1817.  A partir de ce moment, le culte fut célébré tous les dimanches et des familles des environs y participaient.  Grâce à cela, une communauté prit naissance en 1789 à Pâturages.

Le régime hollandais favorisa le développement du protestantisme au Borinage.  D'autres communautés apparurent dont Mons (1815), ce qui donna naissance à une vaste Eglise : l'Eglise de Dour-Mons-Pâturages rattachée à la classe de Bruxelles des Eglises Wallonnes des Pays-Bas.  Les événements de 1830 (naissance de la Belgique) n'entravèrent pas le développement du protestantisme.  On assista ainsi à la naissance des communautés suivantes :

La Bouverie (1836)

Grand-Wasmes (1847)

Cuesmes (1850)

Frameries (1862)

Douvrain (1870)

Quaregnon (1871)

Petit-Wasmes, Boussu-Bois, Hornu (1878)

Jemappes (1896)

Le Borinage compte aujourd'hui une quarantaine de communautés toutes dénominations confondues.


SOURCES :


-    W. Clospain, Origines et implantation du Protestantisme au Borinage in brochure du 75e anniversaire du temple de Boussu-Bois (1971).

-    E.M. Braekman, Le développement du Protestantisme en Hainaut, 1802-1980 in Recueil d'Etudes et d'Histoire Hennuyère (1983).

-    Le Protestantisme sous Léopold II (1865-1909) in Actes du Congrès de Comines (1982).

Le protestantisme au Borinage

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

OK